Quand c'est noir, c'est que c'est cuit!

Expériences culinaires et gustatives en Nouvelle-Zélande: une place toute particulière est réservée aux ratés et à tout ce qui n'est pas bon. C'est plus drôle.

13 décembre 2007

Abracadagar-agar !

Une des merveilles à la mode en ce moment, c'est ce gélifiant fait à base d'algues appelé drôlement agar-agar.
Pourquoi deux fois agar? Serait-ce dû à son pouvoir agglutinant hors normes? Ou à la fantaisie de l'apprenti chimiste qui a eu un jour l'idée de faire cuire ses algues jusqu'à plus soif, jusqu'à obtenir un amalgame gluant du plus bel effet? Probablement un malheureux après une séance de torture au cours de laquelle on lui aurait arraché la langue, qui aurait trouvé une occupation distrayante à faire cuire ses algues, et qui a appelé un copain pour admirer le résultat, lui enjoignant illico: "Agar, agaaar, 'est tout co'é! (comprendre "Regarde, regaaarde, c'est tout collé!"). Ebahi, le copain aurait opiné du bonnet et répondu: "Pour cha oui, ch'est co-co-collé, cha-cha-cha, même", tout en esquissant un pas de danse accompagnant sa remarque, car lui n'avait pas subi de torture mais était d'origine auvergnate et affligé d'un bégaiement prononcé dans les moments d'intense excitation.

Les deux amis ayant ainsi créé l'agar-agar et le cha-cha-cha le même jour, firent fortune rapidement, d'autant qu'ils inventèrent aussi l'ylang-ylang, vendu fort cher aux parfumeurs. Ce qui ne leur porta pas chance, car à force de se nourrir de confiseries gélifiées sans consommer les obligatoires cinq fruits et légumes par jour, ils périrent du béribéri peu de temps après.

Tournons cette page instructive, et revenons à nos moutons, ou plutôt à cette poudre magique inoffensive, je m'empresse de le préciser. S'il prenait à quiconque l'envie de se faire un rail d'agar-agar, je crois qu'il n'aurait plus de problème de sinusite jusqu'à son trépas (qui ne saurait tarder, car si on sniffe de l'agar-agar, on passe vite à la cannelle, puis au curry fort, et ça finit très mal).

Les instructions glanées de ci de là semblaient indiquer des proportions absolument invraisemblables à la béotienne culinaire que je demeure malgré de louables efforts et de réels progrès effectués depuis quelques temps. Maintenant, je lis les recettes en entier avant de commencer, par exemple.
Mais peser trois grammes et demi de poudre pour faire prendre douze litres de liquide, ça dépasse de très loin mes capacités intellectuelles. Oui, on sait, les reines des fourneaux et de la Toile réunis clament combien cette poudre de perlimpinpin est efficace et vantent ses qualités agglutinantes.

Me méfie, moi. Moi qui ai très rarement regardé le petit écran dans mes jeunes années (pour cause de téléviseur lunatique, des fois il captait les ondes, des fois non, et aussi d'interdiction jovienne), j'ai gardé en tête l'image de ce monsieur qui donnait de grands coups de coude dans des sacs de noisettes afin d'en rajouter dans les biscuits vantés par la réclame (certainement saturés de conservateurs, colorants, anti-oxydants et exhausteurs de goût, mais ne chipotons pas).
Donc j'ai une certaine tendance à en rajouter, de plus je n'aime pas être chiche.

J'ai ainsi entrepris de réaliser un dessert à base d'agar-agar. J'ai ainsi pu recycler des biscuits réalisés avec enthousiasme par Pi, Ma et Li, puis une fois goûtés, délaissés "parce qu'ils piquent!". Le gingembre rajouté à la cuillère à soupe, ça peut donner effectivement, un léger goût un peu fort, mais ils sont bien délicats tout de même. J'avais donc une livre de biscuits à brader, qui a fini au fond du robot hacheur, afin de fabriquer la base d'un gâteau. Jusque-là, pas de souci. Les miettes mêlées à du bon beurre, tout ça au four, et hop, une belle fondation pour mon gâteau, sagement installée au fond de mon fameux moule à jarretelle.

Ensuite, il a fallu fabriquer la mousse, avec du fromage blanc et du citron, que j'ai remplacé par du coulis de framboises car rose, c'est plus joli. Et je m'étais dit qu'étant la seule à aimer le citron, je devrais encore engloutir un gâteau pour huit toute seule, alors autant choisir un parfum qui réunisse les suffrages. Ensuite, il fallait jouer avec des feuilles de gélatine, que je me suis empressée de remplacer par ma poudre de sorcière. J'ai donc mis je ne sais plus quel liquide à bouillir (de l'eau, je suppose), et une bonne cuillère à café d'agar. Bof, ça ne fait pas lourd de préparation, ça. Allez, une deuxième cuillère. Et puis encore une miette, en versant directement depuis le goulot du flacon.

Une fois le mélange bouilli et laissé sur le feu un moment (ah! je suis quand même quelques conseils, je ne fais pas uniquement dans l'improvisation joyeuse, c'est sérieux), je l'ai laissé un peu froidir avant de mélanger au fromage blanc. Passons les étapes, le tout est parti recouvrir le biscuit, et au frais. Quelques heures plus tard, j'ai fait bouillir de la confiture de fraises avec encore de l'agar, que j'ai versée sur la mousse pour fabriquer un joli dessus brillant. Et encore quelques heures de réfrigération.

Le soir, j'ai solennellement sorti le moule à charnière du réfrigérateur, et tâté d'un doigt circonspect la solidité de mon chef-d'œuvre. La confiture restait souple, mais visiblement gélifiée. Bien solide, d'ailleurs.
J'ai sorti un plat un peu large afin d'y déposer le fruit de mon labeur, ai posé au centre le moule, et là, devant les yeux écarquillés de ma progéniture, goguenards de ma moitié, j'ai ouvert la charnière.

Glou, glou, glou. Le fromage blanc, tel de la lave dévalant souplement les flancs du volcan, aussitôt libéré du corset du moule, a lentement formé un lac rose autour de la base en biscuit. Le vaillant couvercle en confiture a parfaitement tenu, lui, et joliment improvisé une calotte
sur le sommet de l'œuvre.
Après tout, c'était du fromage blanc, on l'a ramassé à la cuillère une fois la rigolade terminée, et les biscuits hachés menu et recuits ont été mangés par mes innocents sans qu'ils sachent d'où ils provenaient.

IMG_4097

Le mystère reste entier, à moins d'une incompatibilité d'humeur entre l'agar et le fromage blanc, car la casserole ayant servi à faire bouillir la poudre d'algues a traîné trois jours dans l'évier avant que je ne réussisse à gratter la couche solidifiée qui s'était formée au fond.


Posté par Pimali à 23:07 - gâteaux - Commentaires [20] - Permalien [#]

Commentaires

    Remarque, c'est joli à voir ton..... gâteau? Je sais pas trop quel nom donner, mais bon c'est joli tout plein.
    Bon, je serais brève, suis en train de tester une recette de pintade où j'ai remplacé le vin par de la bière, le chou pommé par des choux de bruxelles et les tranches de lard devant recouvrir la pintade par des petits lardons traînant au fond de la cocotte. C'est vrai, quoi, on fait avec ce qu'on a sous la main!

    Posté par moizelle_jeanne, 14 décembre 2007 à 12:21
  • Enfin

    On l'attendait depuis longtemps, cet article. Bravo pour cette tentative. Même ratée, la production finale est bien jolie. Et puis, quoi, ça faisait trop longtemps que tu n'avais pas raté quoi que ce soit...
    Sans beaucoup de rapport, tes quatre moules à oeufs, à crèpes, à ce qu'on veut, ils peuvent peut-être servir pour faire de belles galettes de pommes de terre?

    Posté par Fraisepêche, 14 décembre 2007 à 14:21
  • agar agar

    Salut !!!
    C'est marrant ! je suis aussi en train de m'amuser avec l'agar agar !!! perso, je pense que 4 grammes n'auraient pas été de trop...peut-être que justement comme le fromage blanc étant plein de flotte, rajouter encore de l'eau même si c'est mélangé avec la fameuse poudre magique était de trop à mon avis...j'ai lu qu'il fallait 4 grammes pour 1 litre de jus de pommes pour faire un bon dessert (gelée aux pommes)
    bonne chance pour la prochaine tentative !

    Posté par celeste, 14 décembre 2007 à 14:30
  • J'adore ta cuisine créative tout pleine d'humour... Tu te dis béotienne mais tu t'attaques quand même à cette substance qui semble difficle à maîtriser ....Courage et fi de ces regards narquois qui te cernent, toi la cuisinère incomprise (j'ai les mêmes à la maison)

    Posté par alienor, 14 décembre 2007 à 15:06
  • Ah ça pour être moche, c'est moche, si c'est un Bavarois. Mais il suffit de changer l'intitulé, on appelle cela Un écroulé aux Framboises, et hop !. La tarte Tatin est bien un ratage au départ.
    J'ai eu la même déconvenue avec un turban aux 2 saumons, fait dans un moule à savarin et démoulé sur un plat plas et j'ai eu la riche idée de mettre la sauce au milieu du trou du savarin, je vous laisse imaginer à la découpe. J'ai une nappe qui ne s'en est jamais remise, je me suis sentie m'enfoncer dans le sol de honte, car bien sur, il y avait plein d'invités autour de la table, c'est comme cela que je suis devenue la championne du service à l'assiette.

    Posté par CLAUDINE, 14 décembre 2007 à 20:34
  • MDR... comme à chaque fois !...

    Posté par claire p, 15 décembre 2007 à 08:26
  • j'aime bien passer chez toi tu me mets toujours de bonne humeur )des ptits martiens et ça fait un peu soucoupe volante non ? oui oui je m'en vais pas bien de se moquer )

    Posté par chanceuse !, 15 décembre 2007 à 09:12
  • magnifique plantage (ceci dit, jamais je ne m'essaie aux algues ou à toute sorte de truc gélatineux, ça me dégoute un peu. Et pas seulement avec du sucre, mais aussi avec de la viande, c'est la consistance sûrement. Pourquoi tu fais pas des vrais gateaux avec de la crème fraîche? ça, ça tient bien, t'as jamais de mauvaise surprise... (sauf quand les moisissures sont parties vider les bières de ton frigo tellement elles s'ennuyaient dans leur petit pot. Je ne vise personne, hein les filles (en plus, là, elles veulent bidouiller la radio et capter je ne sais quelle émission pirate. C'est infernal, en ce moment, à la maison)

    Posté par lili violette, 15 décembre 2007 à 11:52
  • Ah, l'agar agar, tout un poème ! Selon Cléa, sa grande prêtresse, c'est une cuillère à café de poudre pour un demi-litre ; et là, je te garantis que ça tient !

    Posté par Patricia, 16 décembre 2007 à 09:53
  • Maman avait raison!

    Quand je pense que je m'étais moquée de ma mère! Cette poudre de perlimpimpin devait avoir un nom "normal"! Celui-ci devait être une invention de sa province! Et voilà que toi Pimali tu le retrouves son "agar-agar" et sous le même nom au bout du monde! Dommage qu'elle ne soit plus là pour savourer sa revanche...

    Posté par fafane, 17 décembre 2007 à 14:13
  • C'est encore un pur moment à te lire!!
    Heureusement que tu avais pris une grande assiette, je n'ose pas imaginiser sinon....

    Agar agar, j'en ai utilisé mais c'etait sous forme de paillette alors je te laisse imaginer les dosages que j'ai pu faire!!!

    Posté par natou, 17 décembre 2007 à 20:08
  • Eh bien les "performances" de cette cuisine expérimentale me laissent hagard!

    Posté par Antiblues, 17 décembre 2007 à 21:37
  • Je n'ai pas dit mon dernier mot!

    Je recommencerai, évidemment, ne serait-ce que pour liquider le flacon d'algues en poudre. Vu les quantités astronomiques versées dans l'eau bouillante, je m'attendais à un bloc de ciment armé, en réalité. Et je ne pense pas qu'on puisse faire bouillir du fromage blanc, malgré mes envies de nouveautés.

    Quant aux poudres gélifiantes, n'oublions pas la fameuse poudre adragante, d'origine iranienne, qui ne sort plus trop de ce pays pour diverses raisons sur lesquelles nous ne nous étendrons pas ici, que j'avais d'ailleurs évoquée dans mon billet sur le dernier Harry Potter.

    Je reste optimiste, un jour j'y arriverai.

    Posté par Pimali, 17 décembre 2007 à 23:29
  • C'est toujours aussi drole de lire ce blog!! Tes essais culinaires me rappellent parfois les miens (j'ai passé 8 mois en NZ avec 4 enfants!!!). C'était pas toujours facile. Par contre, pour tes problèmes avec l'agar agar j'ai peut-etre une idée, en effet pour "prendre" la poudre doit cuire et comme tu as rajouté le fromage blanc après refroidissement il est resté liquide. La gélatine de porc n'a pas besoin de cuire, on la rajoute après.
    Voili, voilou!

    Posté par anoukab, 18 décembre 2007 à 13:51
  • Quel bonheur de te lire ! Je ne ferai aucun reproche sur le "ratage" de ta recette, mais pourtant la photo est superbe : harmonie de couleurs réussie !
    Au doux plaisir de te relire !
    Joline

    Posté par joline, 20 décembre 2007 à 06:09
  • pas simple de trouver ici de l'agar-agar si ce n'est en petits sachets de 2g! qui valent plus que leur prix en or! alors, vive la NZ!!

    Posté par sylvie89300, 21 décembre 2007 à 09:53
  • keskispass?

    Pas de nouvel article depuis neuf jours! T'es malade? C'est la trève des confiseurs?? Joyeux Noël à toute la famille Pimali !

    Posté par Fraisepêche, 22 décembre 2007 à 23:33
  • Vous êtes revenus en France ou quoi ?
    On dit toujours, pas de nouvelles, bonnes nouvelles ! Hum! Je l'espère !
    Bonnes fêtes de fin d'année à tous ! Et à très bientôt j'espère !

    Posté par vivement, 28 décembre 2007 à 09:50
  • Pouce!

    Eh, les filles, c'est gentil de vous inquiéter, mais je souffle! Et Fraisepêche qui fait semblant de croire que je suis malade...
    Non, Vivement, le retour en France est pour juin prochain, faudra que je commence un autre blog! ("café bouillu, café foutu", par exemple, je cherche!)

    Posté par Pimali, 29 décembre 2007 à 00:52
  • héhé..moi je trouve ça bien joli.... j'ai acheté de l'agar agar mais je ne sais plus où je l'ai mis.....
    peut être un signe du destin....??

    Posté par annaig, 27 janvier 2008 à 21:33

Poster un commentaire