Quand c'est noir, c'est que c'est cuit!

Expériences culinaires et gustatives en Nouvelle-Zélande: une place toute particulière est réservée aux ratés et à tout ce qui n'est pas bon. C'est plus drôle.

04 mars 2008

Tagada, tagada, voilà Pimali!

Ouille! le temps passe! L'automne s'installe sur Wellington, les préparatifs de départ pour l'hémisphère nord commencent à se préciser, alors le blog continue à brûler doucement dans son coin sans que je m'en occupe...

A présent, voici la solution du Tagadatsointsoin, attendue avec impatience par les foules.

Les six informations absolument inintéressantes sur mon compte étaient les suivantes:

1) Oui, j'avoue, j'ai tout bien lu et relu le Marquis, qui avait quand même dû être bercé près du mur pour trouver des inventions pareilles. L'amour à grands coups de fourchette dans les fesses peut avoir un certain charme, je le concède, encore faut-il que la fesse y consente.

2) Le sommet de la grâce féminine me semble être d'arborer des ongles polis, lisses et délicieusement arrondis, nacrés d'une touche de vernis qui ne s'écaille jamais.

J'ai renoncé depuis toujours à accéder à cet Olympe, quand par hasard quelques-uns de mes ongles arrivent à pousser en même temps à la même longueur, j'en casse systématiquement un, source inépuisable de filage de collants, de tirage de fils sur l'étole en soie irremplaçable que je chéris, sans oublier les griffures sur la chair tendre de mes enfants (aucun rapport avec le numéro 1, entendons-nous bien).

6) Encore un rêve: la blondeur éthérée, l'œil maritime et la taille souple et élancée. Au moins, je sais parler anglais, ça me console, et puis les blondes, maintenant, ont une telle réputation (les pauvres...) que je suis somme toute assez satisfaite de mon statut de brunette frisée rase-motte.

7) J'abhorre le miel.
Pour quelqu'un d'omnivore et de pas compliqué (on va dire aussi: de bien élevé) comme moi, c'est un hiatus étrange mais j'assume. Et puis il est rare qu'en société ou au cours d'un repas élégant, on propose soudain une tartine de miel. Auquel cas je l'avalerais avec le sourire (voir ci-dessus l'incise portant sur ma bonne éducation), mais je souffre dès qu'il s'agit d'étaler cette infâme pâte à l'odeur aigrelette sur le pain de mes enfants. Personne n'est vraiment parfait.

8) "Les Visiteurs": j'avoue. J'ai adoré.
J'ai aussi vu des films primés à Berlin et à Cannes, mais, euh, soyons honnêtes, je préfère les divertissements simples, la bonne rigolade (pas jusqu'à la 7è compagnie, quand même), les phrases-culte qui font partie intégrante du vocabulaire maison. Et puis, depuis l'inoubliable long-métrage, palme d'or à Cannes je ne sais plus trop quand, intitulé "La Sentinelle", au cours duquel on (Monsieur Pim et moi-même) a failli quitter la salle dix fois, retenus par l'espoir que l'histoire aller démarrer, foin des productions intellectuello-cinématographiques.

9) Alors là, je le dis sans honte, les blogs concernant uniquement des recettes me font pousser des soupirs d'ennui... Les seuls que j'aille voir de temps en temps sont ceux dont les auteurs écrivent d'une plume amusante, et enrobent leurs confitures de quinoa au beurre salé ou leurs macarons comme chez Ladurée, d'un peu d'humour ou de dérision. Sinon, j'ai Ginette Mathiot et mon site de cuisine fétiche Marmiton pour me donner de bonnes recettes, que je rate toute seule comme un grande.

Le loto du jour (euh... de la semaine dernière!) était donc: 1, 2, 6, 7, 8 ,9.

Je précise qu'Anouk Aimée est une actrice des années 60-70, plusieurs personnes m'ont fait la grâce de me dire que je lui ressemble: vu qu'elle a été plutôt jolie femme, j'accepte la comparaison. Tout en pensant que je suis bien mieux, et, bien malgré moi, plus jeune... Mais l'auteur(e) de mes jours, qui à la même époque était supérieurement ravissante, n'est pas madame Aimée!

Quant au bac... Allez, c'est loin derrière!

Je n'oublie que très rarement mes enfants à l'école, je suis tout au plus légèrement en retard, pas de quoi faire appel aux services sociaux néanmoins.

Je remercie au passage ceux qui ont pensé que j'avais épousé Monsieur Pim pour son argent: mon placement n'a pas été mauvais, mais à l'époque, j'ai complètement raté les partis susceptibles de m'apporter particule et maison de famille (château, quoi) en mariage. Tant pis, je reste roturière et dépendante de mon bulletin de salaire, délivré chichement bien que mensuellement, par Monsieur Le Ministre de l'Education nationale (je ne sais même pas son nom, ils changent tout le temps).

Quant aux élections présidentielles, j'ai l'impression qu'elles ont eu lieu il y a tellement longtemps que j'ai tout oublié.

Posté par Pimali à 06:52 - Jeu du ouikende - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

    Vraiment désolée que mon blog (qui me ressemble je l'assume) soit dépourvu de la moindre fantaisie verbale : je n'ai aucun talent pour l'écriture : Au lieu de paraître ridicule, je préfère m'abstenir.......sans rancune. tu rentres en France bientôt ?

    Posté par aliénor, 04 mars 2008 à 11:42
  • je risquais pas d'oublier le deuxième tour des élections jour de mes 30ans... même pas voté chutt faut pas le dire....
    je pensais vraiment que tu avais épousé mr pimali pour son argent et que tu étais blonde à forte poitrine, perdu! ;o)

    Posté par blondasse oups, 04 mars 2008 à 17:49
  • Enfin la soluss !!!

    Dis donc, j'en dormais plus !!!
    Merci pour ces commentaires qui t'éclairent d'un jour nouveau (avantageux?)
    et.... j'ai adoré la dernière pirouette!

    Posté par Antiblues, 04 mars 2008 à 19:06
  • Réponses circonstanciées

    Aliénor: je n'ai voulu vexer personne, hein! C'est juste que je recherche un peu de fantaisie, et quand j'en trouve, ma foi, j'apprécie! J'ai d'ailleurs vu ton blog quand tu as lancé un kézako, il me semble..
    Et je précise aussi que les blogs de recettes, je m'en sers quand même, quand je n'ai pas trouvé ce qui me convient, et j'y vais aussi pour que les idées de génie jaillissent (j'ai du mal, en cuisine...)


    Blondasse oups: merci de ton mea culpa, c'est Monsieur Pim qui aurait été content si j'avais été à forte poitrine. Remarque, ça fait 15 ans qu'il me bassine en me disant que si j'avais été grande, rousse et aux yeux bleus, il aurait été fou de moi. C'est pas beau, l'amour?

    Antiblues: pirouette, pirouette, il faut bien rigoler avec ce qui n'est pas drôle... Je rentre à reculons en France, en 777 mais avec réticence... (et Singapore Airlines ne me met même pas dans un beau A 380, zut).

    Posté par Pimali, 04 mars 2008 à 22:06
  • aucun souci Pimali je ne me vexe pas du tout ...Dieu merci nous ne sommes pas tous construits sur le même modèle..

    Posté par aliénor, 05 mars 2008 à 14:09
  • 3 sur 6, j'ai juste la moyenne ! ouf!

    Posté par vivement, 06 mars 2008 à 23:34
  • 4 sur 6 pas trop mal finalement

    Posté par moizelle_jeanne, 08 mars 2008 à 18:29

Poster un commentaire